Le Mouron des oiseaux a été traditionnellement utilisé comme résolutif pour aider à dissoudre les graisses etc. En extrait, on l’utilisait comme émollient pour soulager et détendre les muscles et les tendons.

En usage interne, le Mouron des oiseaux a été utilisé pour aider à prévenir les symptômes associés aux problèmes respiratoires (asthme, bronchite, pleurésie, enrouement et toux), de malaises urogénitaux et de constipation. Il est très apprécié par les Amérindiens pour prévenir  les enflures de toutes sortes, les furoncles, l’empoisonnement du sang, les testicules enflées,  les ulcères de la gorge et de la bouche et pour décongestionner le foie.  En application externe, il a été utilisé pour soulager les symptômes associés aux hémorroïdes, douleurs rhumatismales et  affections cutanées (eczéma, ulcères et psoriasis).

De plus, il diminue l’appétit, favorise la perte de poids et aide à éliminer la cellulite.

Noms familiers: Mouron des oiseaux, cresson, herbe à bolduc, morgeline d’été, mouron blanc, stellaire intermédiaire.
Partie utilisée: Toute la plante.

Contre-indications

Éviter d’ingérer en trop grande quantité.

Effets secondaires

Aucun.

Utilisation

20 à 60 gouttes trois fois par jour. En utilisation externe, appliquer avec une gaze imbibée de l’extrait.

Références: TALALAJ, S. & Dr A.S., CZECHOWICZ, Herbal remedies harmful and beneficial effects, Hill of Content, Melbourne, 1989.
HOWARD, Dr. A. B., Herbal Extracts, Première Édition, The Blue Goose Press, Michigan, 1983.
The Lawrence Review of Natural Products, Facts and Comparisons, St-Louis MO, 1996.
DUKE, Dr. James A. CRC Handbook of Medicinal Herbs, 1989.

Format